Menu

Épilepsie : une après-midi pour apprendre les bons gestes


Mardi 19 Avril 2022


Le samedi 12 mars, la Croix Rouge fontenaisienne était présente aux côtés de l’association France Épilepsie pour informer le public sur les bons gestes à adopter en cas de crise d’épilepsie d’un tiers.

En dépit d’un planning bien chargé lié aux actions de solidarité en faveur de l’Ukraine, Didier Ragon, président de l’antenne fontenaisienne de la Croix Rouge, et son équipe ont répondu présent, le 12 mars à la réunion d’information organisée à l’ODASS par France Épilepsie
« Chaque cas est différent, en matière d’épilepsie, explique Didier Ragon, les symptômes ne sont jamais les mêmes, ce qui complique les choses. Mais les gestes à adopter sont identiques : mettre la victime en position de PLS et tenter de l’apaiser en attendant que les symptômes disparaissent. Si la perte de connaissance ou les symptômes persistent, il convient alors d’appeler le 112. »
« Il faut aussi adapter son approche psychologique, poursuit le secouriste. Il y a deux cas de figure, soit la personne est connue pour sa pathologie, soit elle en est victime pour la première fois. Dans ce cas, il est important de la rassurer, de l’apaiser, mais aussi de l’accompagner, car elle pourra être surprise par certaines réactions de son corps. Il peut y avoir relâchement des sphincters, par exemple, avec les désagréments que cela comporte. Je conseille donc de couvrir les membres inférieurs de la personne après l’avoir mise en position de PLS, surtout si on est dans un lieu public. Il faut évacuer les badauds également, conseille Didier Ragon, en désignant deux ou trois personnes dans l’assemblée et en leur demandant de tenir les gens à distance. La victime doit pouvoir reprendre ses esprits dans un environnement calme. »

Tout le monde est concerné

« Il est difficile pour nous de sensibiliser le public sur cette maladie, précise Christiane Rousteau, déléguée régionale de l’association Épilepsie France, car pendant longtemps, le sujet était tabou, l’épilepsie n’était pas reconnue comme une maladie par le corps médical.  Nous avons besoin de mettre en lumière et de faire parler de cette maladie, car elle peut toucher tout le monde, explique cette maman dont le fils aîné souffre de crises, à n’importe quel âge, n’importe quand et n’ importe où. Dans certaines situations, elle peut être dangereuse, notamment lorsque la personne conduit ou se trouve dans des endroits dangereux. Il est donc important que les gens soient formés, pour réagir et mettre la victime hors de danger. »

Les personnes présentes ont donc pu en savoir plus sur cette maladie et certaines d’entre elles ont appris et pratiqué les gestes de la mise en position de PLS. Cette jeune maman, en attente du diagnostic médical de sa fillette victime de crises impressionnantes, est venue se renseigner de manière préventive. « Si on découvre qu’elle est bien sujette à l’épilepsie, je saurais comment réagir. Je me sens plus confiante et mieux armée, à présent, en cas de crise.» confie-t-elle.

 
Nathalie MONTELLE

Notez

Plus d'articles :
< >

Mercredi 13 Octobre 2021 - 11:28 Le don du sang en période de Covid-19

Jeudi 7 Octobre 2021 - 10:25 L’accès aux soins en Sud-Vendée facilité