Menu

La cueillette des champignons, oui, mais avec modération


Mardi 5 Octobre 2021


L’automne est là et la cueillette des champignons, seul ou en famille, a repris de plus belle. Cette activité attire de plus en plus d’amateurs et de curieux en tout genre. Certains reviennent le panier plein, d’autres les mains vides.
 
Question de nez, d’expérience ou encore de chance, le plaisir est toujours au rendez-vous. Mais pour qu’il reste entier, quelques règles s’imposent. Chaque année, l’ONF Pays de la Loire rappelle les règles à respecter lors de vos sorties en forêt.
 
UNE CUEILLETTE RAISONNÉE
 
De toutes les formes, de toutes les couleurs, les champignons fascinent par leur diversité. On craint à juste titre les vénéneux, alors que les comestibles nous ravissent les papilles. Voici quelques règles simples à respecter pour contribuer à la sécurité de tous et au maintien d’une biodiversité essentielle aux massifs forestiers.
En théorie, la cueillette de champignons doit être soumise à autorisation préalable du propriétaire (article 547 du Code civil). Dans les forêts domaniales, comme celle de Mervent, elle est tolérée mais elle doit se réaliser dans le cadre d'une consommation familiale, et les prélèvements doivent rester raisonnables et ne pas excéder 3 litres par personne.
Au-delà de 3 litres (équivalent à un panier de 3kg environ), la cueillette devient frauduleuse. Des contrôles peuvent avoir lieu et peut donner lieu à de lourdes sanctions :
- entre 3 et 10 litres, le prélèvement est passible d'une amende de 135 € (article R163-5 du
Code forestier) ;
- au-delà de 10 litres, il s'agit d'un délit passible de 3 ans d'emprisonnement et 45 000 €
d'amende (articles 311-3 du Code pénal et L163-11 du Code forestier).
 
LES FORESTIERS NATURALISTES ONF VOUS CONSEILLENT
 
Voici les conseils précieux des forestiers naturalistes du réseau « mycologie » de l'ONF :
 
  • Informez vos proches de votre destination. Tous les ans, les secours doivent être déclenchés pour rechercher des cueilleurs de champignons égarés.
  • Se renseigner sur le lieu de cueillette. Bien vérifier que vous avez l’autorisation de ramassage. Les parcelles de jeunes semis ou en régénération sont interdites à la cueillette car les piétinements écrasent les jeunes pousses.
  • Evitez les jours de chasse : voir calendrier de la chasse en forêt de Mervent
  • Equipez-vous d'un panier. Les champignons sont fragiles et pourraient s'abîmer et s'écraser s'ils sont transportés dans un sac plastique. Triez votre panier à la lumière et vérifiez votre récolte. Laissez sur places les champignons non comestibles, sans les abimer.
  • Cueillez des champignons de taille adulte et en bon état. Laissez sur place les plus petits ainsi que les vieux ou ceux qui sont abimés, qui ont subi le gel. Séparez les espèces connues de celles que vous ne connaissez pas. Mieux vaut évitez de cueillir les champignons que vous ne connaissez pas.
  • Contrairement aux idées reçues, il faut arracher le champignon en entier, et non le couper. Le pied du champignon contient d’importantes informations (feutre mycélien, forme de la base du pied, morceaux de bois, couleur…) qui permettent son identification. • Respectez l’humus ! Il s’agit de la couche de terre à la surface, d’environ dix centimètres de profondeur, qui est essentielle à la vie du champignon. N’enlevez pas de grosses mottes en prenant un champignon, ne retournez pas la terre autour…
  • Optez pour une tenue voyante et ne pénétrez pas dans les zones d’exploitation forestière ni les zones de chasse. Les calendriers de chasse sont publics et consultables sur onf.fr et auprès des mairies de situation.
  • Garez-vous sur les espaces appropriés et respecter la signalétique sur site. Ne bloquez ni les voies dédiées à l’intervention des secours ni les voies consacrées au travail des forestiers. Ne vous garez pas devant les barrières.
  • Ne pas faire confiance aux applications sur votre téléphone pour identifier les champignons (elles se trompent dans la moitié des cas !). Dernier conseil et non des moindres : si vous ne savez pas si un champignon est comestible ou non, demandez l'avis d'un spécialiste, pharmacien ou mycologue, pour l'identifier. Il faut savoir que sur les 2 000 espèces de champignons supérieurs (avec chapeau), 200 sont toxiques, dont 40 mortelles. La majorité des intoxications sont liées à une confusion avec des champignons comestibles, d’où l’importance d’être très vigilant lors de la cueillette de champignons.
  • En cas d’ingestion de champignons toxiques, appeler le centre Antipoison d’Angers
02 41 48 21 21
 
Nathalie MONTELLE

Notez


Plus d'articles :
< >

Mercredi 1 Décembre 2021 - 10:26 Portes ouvertes: Une journée découverte à l’ODDAS