Menu

Un nouveau CAP entretien du textile au lycée Notre-Dame


Vendredi 1 Juillet 2022


Un nouveau CAP entretien du textile au lycée Notre-Dame
Dans le cadre de son offre de formation, le lycée Notre-Dame ouvre en septembre prochain un nouveau CAP des Métiers de l'entretien des textiles. La directrice de l’établissement, Céline Germouty, rencontrait ses partenaires le 23 mars dernier en présence d’Amandine Routhiau, meilleur ouvrier de France.

Abandonné par le Lycée Notre Dame de la Roc à la Roche Sur Yon, le CAP des métiers de l’entretien du textile a trouvé un nouveau site de formation au Lycée Notre Dame de Fontenay-le-Comte. Cette formation qui débutera en septembre prochain a été rendue possible grâce au partenariat d’entreprises privées, selon la directrice de l’établissement qui se félicite de pouvoir contribuer ainsi à la sauvegarde de cette filière dont les besoins ne manquent pas et qui mérite d’être revalorisée.

 

Des méthodes qui ont évolué

Originaire de La Gaubretière et titulaire d’un CAP métier du pressing, cette Vendéenne de 17 ans a remporté la médaille d’or du concours dans la catégorie pressing vendredi 12 février, avec brio.
Originaire de La Gaubretière et titulaire d’un CAP métier du pressing, cette Vendéenne de 17 ans a remporté la médaille d’or du concours dans la catégorie pressing vendredi 12 février, avec brio.
Amandine Routhiau est meilleure apprentie de France, elle explique les transformations du métier : « Un arrêté interdisant l’utilisation du perchlo-éthylène, reconnu potentiellement cancérigène, a obligé les pressings à modifier complètement leur méthode de travail. Il a fallu changer toutes les machines, et bon nombre de professionnels, constatant dans le même temps une baisse significative de clientèle ont baissé les bras et ont fermé.  Mais le métier n’a pas disparu pour autant et les nouvelles méthodes comme l’aqua-nettoyage demandent une formation  particulière. Auparavant avec les machines au perchlo-éthylène, on triait juste par couleur, par exemple, aujourd’hui il faut faire un tri par couleur et par matière, » précise-t-elle. 

 

Un métier à revaloriser

La direction du Lycée Notre Dame réunie autour de Cédric Deskeyer, propriétaire du pressing C2K à Fontenay et Jean-Yves Gouraud, gérant de la société Immel à Niort, en présence d’Amandine Routhiau, meilleure apprentie de France
La direction du Lycée Notre Dame réunie autour de Cédric Deskeyer, propriétaire du pressing C2K à Fontenay et Jean-Yves Gouraud, gérant de la société Immel à Niort, en présence d’Amandine Routhiau, meilleure apprentie de France
« On est passés de 10 000 pressings à 3 000, poursuit Cédric Deskeyer, gérant du pressing C2K, membre du comité international de l’entretien textile et partenaire du projet.  « On garde du pressing une image de vieux métier polluant, et du métier de blanchisseur une image désuète déplore-t-il, alors que ce n’est vraiment plus le cas, on fait beaucoup de choses, on est en phase avec les besoins environnementaux, en donnant une nouvelle vie à des vêtements pour éviter de les jeter, et on travaille avec des collectivités comme les Ehpad. Pour les personnes âgées, il est important que les Ehpad sachent prendre soin de leurs vêtements, c’est parfois tout ce qu’il leur reste, ils ont dû quitter leurs meubles, leur maison. Les beaux habits sont une manière pour eux de garder leur dignité ou leur personnalité, et trop souvent on constate que, parce que les équipes textiles ne sont pas formées dans les maisons de retraites, les vêtements sont abimés, et  très vite les personnes abandonnent leurs belles tenues et se retrouvent en survêtement. Il y a donc aussi un engagement social dans notre métier. Il faut mettre des chefs de lingeries comme il y a des chefs de cuisine dans les collectivités, et une personne formée saura prendre soin du matériel et le faire durer. Il y a donc une vraie demande dans le secteur médico-social.» conclut-il.

 

Jusqu’à 30 ans avec possibilité d’être hébergés

« Le lycée de la Roche-sur-Yon ayant abandonné la formation, nous avons décidé,  en nous appuyant sur des partenariats privés, de reprendre ce CAP, explique Céline Germouty, directrice du Lycée Notre-Dame. Cette mutualisation avec le privé est indispensable pour nous, précise-t-elle. Cela nous permet d’adapter la formation aux besoins concrets du monde professionnel, de bénéficier des dernières technologies et des méthodes les plus adaptées. La formation qui existait à la Roche-Sur-Yon était la seule. J’ai décidé de l’accueillir ici pour que la formation  se poursuive ici en Vendée avec l’avantage de pouvoir héberger les personnes, apprenants et formateurs. Il s’agit d’un CAP en un an qui est destiné à des personnes qui ont déjà un CAP connexe, ou un Bac Pro ou un Bac. C’est un apprentissage qui s’adresse à des personnes jusqu’à 30 ans. » 


 
Nathalie MONTELLE

Notez